Lancement des premiers assemblages sur le terminal EMR

La filière industrielle des Energies marines renouvelable fait ses premiers pas sur le « Polder ».

Publié le

35 000 tonnes d’acier et 250 emplois

Savez-vous ce qu’est un « jacket » ? Probablement pas si votre activité n’est pas liée à la construction ou à la métallurgie. Trépied d’acier géant, le « jacket » est l’élément essentiel des fondations des éoliennes qui composeront le parc éolien de la baie de Saint-Brieuc.

Pouvant dépasser les 70 m de haut et atteindre près de 1200 tonnes, 64 de ces structures tubulaires devront être assemblées avant d’être déposées sur les fonds marins entre 2021 et 2023. Plus de la moitié d’entre elles sortiront de l’immense tente-atelier qui trône aujourd’hui sur le terminal EMR de Brest.

Trois ans après le démarrage des travaux du « Polder » financés à hauteur de 200 millions d’euros par la région Bretagne et de 20 millions d’euros par Brest métropole, et 1 an après l’annonce formelle de l’arrivée des industriels Navantia et Windar, le lancement des assemblages officialisé le 2 octobre marque le début d’un nouveau débouché pour le secteur de la métallurgie bretonne et vient renforcer la filière industrielle navale brestoise. 35 000 tonnes d’acier serviront à construire les 34 jackets programmés, avec à la clé 250 emplois temps plein. Il s’agit d’un marché à 20 millions d’euros pour les entreprises bretonnes, dont la moitié concerne des groupes industriels bien implantés à Brest : NAVTIS, SOBEC et ENDEL.