Ville portuaire

Les ports sont par nature des invitations au voyage et à la découverte. Ils brassent des populations venues de tous les horizons et sont tout à la fois des portes d’entrée et des fenêtres ouvertes sur le monde. Brest fait partie de ces cités où on ne s’arrête pas : on y fait escale.

On dit de Brest qu’elle est « la ville aux 5 ports », mais en vérité, elle en compte bien plus.

C’est un port militaire d’abord, qui a vu des générations de marins y être formés, partir en mission et venir y faire relâche. Les signes de cette présence de la « Royale » sont visibles partout en ville, du Château au Musée de la Marine en passant par les rives de la Penfeld et les Capucins. De l’autre côté de la rade, un port stratégique, encore plus secret et confidentiel, abrite la flotte de sous-marins qui constitue la force nucléaire de dissuasion française.

 

 

C’est aussi un port d’aventuriers : c’est de Brest que l’expédition de La Fayette partit pour porter assistance aux « Patriots » américains dans leur guerre d’indépendance contre l’Angleterre, comme c’est de Brest que La Pérouse appareilla dans l’espoir de compléter les découvertes de Jim Cook. Les explorateurs et naturalistes d’antan ont ramené de leurs périples des plantes exotiques et rares, dont certaines ont ainsi été sauvées de l’extinction et que l’on peut encore admirer de nos jours au Conservatoire Botanique National du Stang Alar. Dans la lignée de ces inventeurs d’espèces et de variétés, Brest est aussi devenu un port scientifique, en pointe dans le domaine de l’océanographie et de l’étude du milieu marin comme le grand public peut le découvrir en visitant Océanopolis, le centre de découverte des océans.

Autre aventurier qui fréquenta l’Ecole Navale, Eric Tabarly fut le premier des grands champions français de la course à la voile moderne. Figure tutélaire de ce domaine, il a inspiré la vocation de ceux qui ont fait de Brest un Port des Records, avec plus de 25 exploits en solitaire ou en équipe dont le souvenir est gravé dans autant de plaques de bronze sur la Promenade des records et dans les mémoires des brestois. Cet héritage est vivant encore aujourd’hui et se verra perpétué, le 29 novembre 2019, avec le départ à Brest de la première course autour du monde dédiée aux plus grands des multicoques, les Ultims.

Les marins de demain sont formés au centre nautique du Moulin Blanc et, pour les futurs champions, par le Pôle Espoir et le Pôle France Voile spécialisé en voile olympique. Port de plaisance historique de Brest, le Moulin Blanc accueille aussi tous les amoureux de la mer qui veulent simplement profiter du plan d’eau sans prétention. Pourvu de1450 anneaux, il s’est vu renforcé dès 2009 par la Marina du Château, pour un total de 2200 anneaux dont 250 réservés aux plaisanciers de passage. 

 

Entre les deux sites s’étend le port de commerce, qui cumule plusieurs fonctions : site d’accueil des futures activités liées aux Énergies Marines Renouvelables, réparation navale, activités traditionnelles de fret, mais aussi port d’escale des croisiéristes de paquebot.

Il est prolongé par le port de pêche où les chalutiers qui rentrent débarquent les prises du jour et vendent leur production fraiche à la criée. A l’instar des ports de pêches de Camaret ou du Conquet, on y trouve également les embarcadères vers les îles Molène et Ouessant.

En face, quai Malbert, on peut admirer deux des bateaux les plus connus de la région : le remorqueur de haute mer l’Abeille Bourbon et la goélette La Recouvrance.

Le premier est « le Saint-bernard des mers » que l’on peut visiter lorsque le temps est clément, mais qui dès que la mer se forme, va se poster en alerte près du rail d’Ouessant pour porter secours aux navires en détresse.

La seconde est une reconstitution d’un vieux gréement, fierté des habitants et ambassadeur de la ville lors des rassemblements géants qui se déroulent ici tous les 4 ans. En 2016, les fêtes maritimes ont attiré 712 000 visiteurs en 6 jours, venus admirer les voiliers parmi les plus grands du monde, des embarcations traditionnelles venues des quatre coins de la planète, 9 000 marins, 2 500 musiciens, des parades nautiques, des feux d’artifice et la grande parade entre Brest et Douarnenez qui rassemble des milliers de bateaux.

Prochaine escale : du 10 au 16 juillet 2020 pour la 8e édition.

Informations annexes au site